Glossary of Bond Terms

Acclimatation
L'âge des comptes. Sur le marché ABS, ce terme fait référence au fait que de nombreux types d'actifs ont des schémas d'acclimatation différents, qui sont caractérisés par des périodes de hausse et ensuite de baisse.
Achat et conservation
Une stratégie d'investissement par laquelle les investisseurs achètent et conservent une obligation jusqu'à la date de maturité quand l'investisseur se voit rembourser le principal et les intérêts, le cas échéant.
Actifs et crédits adossés à de l'immobilier commercial (CMBS en anglais)
Les actifs et crédits adossés à de l'immobilier commercial (CMBS en anglais) ont comme prêts sous-jacents de garantie des hôtels, des logements multifamiliaux, des propriétés commerciales et des bureaux ou des propriétés industrielles. Contrairement aux prêts hypothècaires immobiliers, les prêts commerciaux ont tendance à être « verrouillés » à partir du paiement par anticipation pendant dix ans et par conséquent le risque de paiement par anticipation est réduit. Cependant, le risque de non-paiement est plus grand que pour les prêts commerciaux.
Action
Une action est une part de propriété dans une entreprise ou dans un fonds commun ou un intérêt dans un partenariat. Aux USA, le terme stock est souvent utilisé à la place d'action, bien qu'un investisseur détienne des parts du stock.
Agent de transfert
Une partie désignée par un émetteur pour garder les écritures des porteurs de titres, pour annuler et publier les certificats et pour résoudre les problèmes résultant de la perte, destruction ou vol de certificats.
Agent payeur
Lieu où le principal et les intérêts sont payables-généralement une banque désignée ou le bureau du trésorerier de l'émetteur.
Allocation d'actifs
L'allocation d'actifs est une stratégie d'investissement par laquelle un investisseur divise ses actifs dans différentes catégories générales d'investissements (comme des obligations) pour réduire le risque d'un investissement dans un seul portefeuille tout en maximisant les revenus. Les pourcentages alloués à chaque catégorie d'investissements à tout moment donné dépendent des besoins et des préférences de l'investisseur particulier y compris des objectifs d'investissement, de la tolérance au risque, des perspectives du marché et de la quantité d'argent disponible à investir.
Ange déchu (fallen angel en anglais)
Une obligation de société qui lorsqu'elle a été émise était notée comme ayant valeur d'investissement par les agences de cote de crédit telles que Standard & Poor’s ou Moody’s mais est désormais déclassée à cause de la détérioration de la situation financière.
Assurance de titres, assurance de garantie financière
La qualité de crédit peut être améliorée par une assurance de titres, parfois connue comme une assurance de garantie financière. Des sociétés spécialisées en assurance qui travaillent sur les marchés à taux fixe garantissent le paiement dans les délais du principal et des intérêts des obligations qu'elles ont assurées. La plupart des assureurs obligataires ont au minimum une cotation triple A venant d'une agence de notation reconnue qui certifie leur solidité financière, mais certains assureurs obligataires ont des degrés de solvabilité inférieures. Dans tous les cas, les obligations assurées reçoivent en retour la même notation en fonction du capital de l'assureur et des ressources de paiement des indemnisations. En Europe, le secteur de l'assurance de garantie financière et le marché des obligations assurées ou « réhaussées» s'est développé rapidement, bien qu'il ait été affecté par l'agitation du marché. On espère que les efforts de réforme des pensions en Europe augmentent la demande en assurance obligataire car l'assurance des structures complexes de financement des pensions peut augmenter la confiance des investisseurs et influencer de la même manière la qualité de crédit des obligations émises. Aux E.U., l'accent mis sur l'activité des assurances s'est porté sur le marché obligataire municipal bien que des assureurs obligataires aient aussi fourni des garanties pour les marchés hypothécaires et les titres garantis par des actifs.
Balance commerciale
La différence entre la valeur des importations et des exportations d'une région pendant une période donnée. Si l'Union européenne ou un pays en particulier importe plus qu'il/elle n'exporte, il/elle a un déficit commercial, si l'UE exporte plus qu'elle n'importe, elle a un excédent commercial.
Banque centrale
La Banque centrale d'un pays est l'autorité publique--généralement une entité liée au gouvernement fédéral-- qui établit ou mène la politique monétaire du pays, contrôle l'offre de monnaie du pays, peut fixer les taux d'intérêts à court terme, est généralement confiée au contrôle d'un système bancaire commercial, des institutions financières et des marchés ; et agit en tant que prêteur en dernier ressort.
Banque Centrale Européenne (BCE)
La Banque Centrale de l'Union Monétaire Européenne, dont les pays membres utilisent l'Euro comme devise. La BCE est située à Francfort, en Allemagne. Elle supervise la politique monétaire, émet des devises et fixe les taux d'intérêts à court terme avec comme objectifs, la stabilité des prix et la maîtrise de l'inflation.
Billet de trésorerie
Notes d'entrepôt non garanties à court terme émises par une entreprise ou une banque pour satisfaire des besoins immédiats de liquidités. Les maturités vont généralement de 2 à 270 jours. Le billet de trésorerie est généralement émis par des entreprises avec des degrés de solvabilité élevés et vendus au-dessous de la valeur nominale.
Bonos et Obligaciones del Estado - Obligations d'État espagnoles
Les obligations d'État Espagnoles sont des obligations du gouvernement Espagnol émises par le Trésor Public Espagnol. Letras del Tesoro sont des bons du Trésor à court terme avec des maturités allant de 6, 12 et 18mois ; Bonos y Obligaciones del Estado sont des bons du Trésor avec exactement les mêmes caractéristiques mais avec des maturités différentes, le Trésor émet actuellement des obligations d'État avec des maturités de 3 et 5 ans ; et les obligaciones avec des maturités de dix, quinze et trente ans.
Bourse
Bourse, qui signifie aussi porte-monnaie, est le terme français pour la bourse de valeurs. Le terme Bourse est utilisé dans toute l'Europe et est synonyme du terme américain « stock exchange ».
BTP ou obligations d'État Italiennes
Les obligations d'État Italiennes sont émises par le Dipartimento del Tesoro. Le Ministère de l'Economie et des Finances émet différents types d'obligations d'État qui sont détenues à la fois par des investisseurs particuliers et institutionnels : obligations à court terme BOT (Buoni Ordinari del Tesoro) avec des maturités allant jusqu'à 365 jours, les CTZs (Certificati del Tesoro Zero Coupon) qui comme les BOTs sont des obligations à coupon zéro avec des maturités de 24 mois, les obligations du Trésor Italien, les BTPs (Buoni del Tesoro Poliennali) avec des maturités de trois, cinq, dix, quinze et trente ans ; et les certificats du Trésor (Certificati di Credito del Tesoro), des titres à taux flottant qui ont une maturité de 7 ans.
Bund ou obligations d'État Allemandes
Les obligations Allemandes sont connues en tant que Bunds (de Bundesanleihen). La gamme des maturités des Bunds varie de quatre à trente ans. Les autres obligations, telles que les « Bobls » (de Bundesobligationen), les obligations fédérales à cinq ans ; les « Schatze », les bons du Trésor fédéral d'une maturité de deux ans et les lettres du Trésor fédéral (Bundesschatzbriefe) peuvent aussi être achetées par des particuliers. L'émission des obligations d'État allemandes est considérée comme un « étalon or» ou une référence en Europe (même après la création de l'Euro).
Bunds ou obligations d'État allemandes
Les obligations allemandes sont connues en tant que Bunds (de Bundesanleihen). La gamme des maturités des Bunds varie de quatre à trente ans. Les autres obligations, telles que les « Bobls » (de Bundesobligationen), les obligations fédérales à cinq ans ; les « Schatze », les bons du Trésor fédéral d'une maturité de deux ans et les lettres du Trésor fédéral (Bundesschatzbriefe) peuvent aussi être achetées par des particuliers. Les obligations d'État allemandes liées à l'inflation ont été récemment ajoutées aux offres du marché obligataire. L'émission des obligations d'État allemandes est considérée comme un « étalon or» ou une référence en Europe (même après la création de l'Euro).
Capitalisation
La capitalisation est le procédé par lequel les gains des intérêts d'un investissement ajoutés à l'investissement principal forment une base plus grande sur laquelle s'accumulent les gains supplémentaires avec le temps.
Cessation authentique
Une vente réelle, par distinction avec un emprunt garanti, ce qui signifie qu'il n'est pas prévu que les actifs transférés à un SPV soient consolidés avec ceux du sponsor en cas de faillite de ce dernier. Les agences de cotations requièrent généralement ce qui est appelé un avis de cessation authentique d'un cabinet juridique avant que les titres ne puissent recevoir une notation supérieure à celle du sponsor.
Cloisonnage
Un nouveau terme qui représente essentiellement les séries d'étapes impliquées dans les titrisations où les actifs sont rendus « à l'abri de la faillite » ou « protégés contre la faillite ». Le but du cloisonnage est de permettre à ces actifs d'être indépendants à toute faillite ou réorganisation du parent immédiat ou final de l'entité qui détient les actifs correspondants.
Collar
Limites supérieures et inférieures (plafond et plancher, respectivement) des taux d'intérêts d'un titre à taux flottant.
Commission
Un frais du courtier ou d'un agent pour réaliser une transaction au nom de l'investisseur. Les commissions diffèrent dans leur mode de calcul, y compris si l'investisseur utilise une banque, une société de courtage ou en ligne. Les investisseurs doivent être sûrs de demander et de comprendre quelles commissions ou autres frais de ventes sont demandés par un courtier ou un agent pour réaliser une transaction financière, y compris si ces informations ne sont pas fournies par écrit.
Commission Européenne (CE)
La Commission Européenne est l'institution de la Communauté Européenne qui indique les grandes lignes des politiques économiques dans la Communauté, surveille les finances publiques et engage des procédures contre les déficits excessifs.
Contrats d'échanges (swaps) sur taux d'intérêt
Les contrats d'échange sur taux d'intérêt sont des instruments financiers dérivés qui échangent les versements des intérêts à taux fixe pour des versements des intérêts à taux flottant. Habituellement, ces contrats d'échange sont un accord entre les parties pour échanger un flux de versements des intérêts contre un autre sur une période donnée. Les swaps simples sont le type le plus communément utilisé de swaps à taux d'intérêt du marché. Les investisseurs utilisent des contrats d'échange à taux d'intérêt pour gérer le portefeuille d'obligations, les finances d'entreprise, pour verrouiller les taux d'intérêts et gérer et couvrir le risque. . Il est important pour un investisseur particulier de comprendre que les swaps ont lieu entre les institutions et pas entre des investisseurs particuliers ; cependant, le résultat de ces swaps peut affecter son portefeuille ou le prix qu'il peut payer pour une obligation particulière.
Convexité
Mesure de la sensibilité d'une obligation aux variations des taux d'intérêt. La convexité est la fréquence de variation sur la durée (volatilité des cours) d'une obligation, qui montre comment varie le rendement d'une obligation en réponse à des variations de cours. La plupart des obligations à coupon fixe et à date de maturité présentent une convexité positive. Les obligations ayant une convexité négative ont des cours qui ont tendance à monter moins et à descendre plus que celles à convexité positive. La convexité peut également être utilisée pour comparer des obligations ayant le même rendement et la même durée.
Cote de crédit
Les désignations utilisées par les agences de cotations de crédit pour donner des indications relatives de la qualité d'un crédit d'émetteurs d'obligations en évaluant auparavant un émetteur sur un ensemble particulier de critères objectifs tels que la santé financière de l'entreprise et la capacité à rembourser les titres de créance. Chaque service majeur de cotation en Europe et aux E.U. tels que Standard & Poor’s, Moody’s et Fitch Ratings utilise des critères un peu différents pour évaluer les émetteurs mais l'évaluation est résumée par une notation en accord avec une gamme allant du niveau d'investissement de la plus haute qualité à spéculatif ou AAA (Aaa) à D. Les obligations notées dans la catégorie BBB ou supérieure sont considérées du niveau ayant valeur d'investissement, les titres avec des notations dans la catégorie BB et inférieure sont considérées « à rendement élevé » ou sous le niveau d'investissement. Les notations affectent généralement le taux d'intérêt qu'un émetteur d'obligation doit verser pour attirer des investisseurs—les émetteurs les moins bien notés versent des taux plus élevés.
Coupon
Cette partie d'une obligation annonce le montant des intérêts échus, à quelle date et où le paiement doit être réalisé. Les obligations avec coupons peuvent aussi être connues commes des obligations au porteur car le porteur (du coupon) est l'ayant droit aux intérêts du coupon. Remarquez que alors que les nouvelles obligations sont enregistrées électroniquement plutôt qu'émises et que donc les coupons physiques se font de plus en plus rares, les opérateurs et les investisseurs font encore souvent référence au taux d'intérêt déclaré sur une obligation comme étant le « coupon ». Les obligations à coupon zéro n'ont pas de coupon, leur remboursement se base sur le fait qu'elles sont vendues avec un escompte significatif par rapport à leur valeur de remboursement.
Courbe de rendement
Un graphique linéaire qui trace les rendements d'un type d'obligation pour une gamme d'échéances allant de trois mois à 30 ans. Le tracé des rendements du remboursement des obligations dans l'ordre de leurs dates de remboursement crée une courbe qui montre la relation entre les rendements et les dates d'échéance pour des obligations similaires à un instant donné. Cela permet aux investisseurs de comparer en un clin d'œil les rendements offerts par les obligations à long, moyen et court termes. La courbe de rendement des obligations du trésor américain est généralement utilisée comme un indicateur de référence pour déterminer les futurs taux d'intérêts et rendements des autres types de créances.
Cours de clôture
Le cours de clôture d'une obligation est le dernier prix d'échange avant l'échange ou le marché auquel elle est échangée lors de la clôture de la journée. Étant donné l'existence d'échanges après la clôture, le cours d'ouverture au début du jour de marché suivant peut être différent du cours de clôture du jour précédent.
Cours de l'offre
Prix du titre sollicité par le vendeur.
Courtier
Un courtier est l'agent intermédiaire d'un acheteur ou d'un vendeur. Le courtier, l'acheteur et le vendeur peuvent être des institutions, des particuliers ou des hommes d'affaires. Dans la plupart des juridictions, les courtiers travaillent dans des banques ou des sociétés de courtage et doivent être agrés, certifiés ou enregistrés afin de gérer l'achat et la vente d'investissements tels que des obligations. Consultez l'autorité principale de régulation des marchés financiers de votre pays référencée dans le centre de ressources pour obtenir plus d'informations.
Couverture
Un investissement réalisé dans l'intention de minimiser l'impact des variations négatives des taux d'intérêts ou des prix des titres.
CUSIP/ISIN
CUSIP et ISIN sont des systèmes qui offrent des renseignements d'identifications uniques pour les titres, y compris les obligations, les billets de trésorerie et les actions. Tous les émetteurs utilisent le système de numérotation ISIN.
Date d'échéance
La date d'échéance est le jour où le terme de l'obligation prend fin et le montant principal d'un titre est payable avec le versement de tous les intérêts finaux. La plupart des obligations ont une date d'échéance fixe (bien que beaucoup puissent être « appelées » avant l'échéance). Aussi appelée date de remboursement.
Date d'échéance finale
La date à laquelle le principal doit être payé aux investisseurs, qui est postérieure à la date d'échéance prévue. Aussi appelée la date d'échéance légale
Date d'échéance prévue
La date à laquelle le principal est prévu d'être payé aux investisseurs. Elle se base sur des hypothèses concernant les résultats des garanties.
Date d'émission
La date d'émission d'une obligation pour laquelle le premier détenteur est en droit de percevoir des intérêts.
Date de jouissance (ou date d'émission)
La date d'émission d'une obligation pour laquelle le premier détenteur a le droit de recevoir les intérêts.
Date de règlement
La date de livraison des titres et du paiement des fonds.
Date de remboursement (date d'échéance)
La date de remboursement est le jour auquel le terme de l'obligation prend fin et le montant principal d'un titre est payable avec le versement de tous les intérêts finaux. Aussi appelée date de maturité.
Date de transaction
La date à laquelle l'achat ou la vente d'une obligation est négociée.
Défaut
Faillite pour payer le principal ou pour verser les intérêts échus. Les défaillances peuvent aussi survenir en cas d'échec à satisfaire des obligations non payables, telles que les exigences de reporting, la maintenance des gages ou des clauses financières, ou lorsqu'un problème matériel arrive à l'émetteur, tel qu'une insolvabilité ou une faillite. Un émetteur d'obligations qui fait défaut peut ne pas rembourser le principal à maturité ou verser les intérêts lorsqu'ils deviennent échus ou les deux à la fois. Pour les émetteurs d'obligations, les conditions de défaillance sont définies dans un document juridique appelé un « acte de fiducie obligataire ».
Dette non garantie
Dette avec une revendication de remboursement qui se classe en dernier après toutes les autres formes de titres de créances en cas de liquidation d'une entreprise.
Dette senior
Obligations classées pour remboursement avant toutes les autres dettes en cas de liquidation d'une entreprise exceptés les prêts accordés contre reconnaissance de dette garantis par des actifs particuliers.
Dette subordonnée (junior)
Les obligations classées pour le remboursement après les prêts accordés contre reconnaissance de dette garantis par des actifs particuliers et les dettes senior en cas de liquidation de l'entreprise.
Discounting (ou escompte)
Le contraire de la capitalisation, le discounting permet à un investisseur de multiplier un montant par un taux d'escompte pour calculer la valeur escomptée ou actuelle d'un investissement. Par exemple, 1000 € capitalisé avec un taux d'intérêt annuel de 10% deviendront 1610,51 € dans cinq ans. La valeur actuelle de 1610,51 € réalisée après cinq ans d'investissement est de 1000 € lorsqu'elle est escomptée à un taux annuel de 10%.
Diversification
Une stratégie par laquelle un investisseur distribue ses investissements dans différentes classes d'actifs et au sein de chacune d'elles dans différents types d'instruments afin de protéger la valeur du portefeuille général en cas de modification des conditions du marché ou de repli du marché. Par exemple, un portefeuille diversifié d'obligations peut comprendre différents types d'obligations et/ou SICAVs obligataires avec différentes maturités et coupons.
Droit prioritaire
La revendication qu'un obligataire peut avoir sur les actifs d'une entreprise en cas de liquidation devant les autres détenteurs d'actifs.
Durée Modifiée
Mesure de la variation approximative du prix de l'obligation pour une variation de rendement de 1% ou de 100 points de base en supposant que les cash flows escomptés de l'obligation ne varient pas en même temps que le rendement. La durée modifiée est inversement proportionnelle au changement approximatif en pourcentage du prix pour une variation donnée du rendement. La durée modifiée n'est pas une nouvelle définition de la durée, mais plutôt une formule particulière de calcul de la durée.
Écart
La différence entre les rendements (écart de rendement) ou les différences entre les prix (écart de prix) de deux obligations ou entre le rendement d'une obligation et un rendement reconnu de référence. Les investisseurs utilisent les écarts pour comparer le comportement passé des obligations similaires avec des échéances différentes, des secteurs obligataires différents, des cotes de crédits différentes, etc. Les écarts sont généralement exprimés en points.
Écart de rendement
La différence de rendement entre deux obligations ou indices obligataires.
Échange (Swap)
Simplement, la vente d'une obligation et l'achat d'une autre obligation de valeur similaire sur le marché. Les échanges peuvent être réalisés pour atteindre plusieurs objectifs, dont l'établissement d'une perte fiscale, la mise à niveau de la cote de crédit, l'extension ou le raccourcissement de l'échéance, l'échange des engagements à taux fixe contre ceux à taux flottant et vice versa, etc. Les échanges d'obligations sont parfois appelés changements. Vous remarquerez que les échanges de taux d'intérêts sont des instruments financiers, des produits dérivés différents et non ce à quoi il est fait référence ici.
Échange d'obligations
La vente d'une obligation et l'achat d'une autre obligation de valeur similaire sur le marché. Les échanges peuvent être réalisés pour établir un déficit fiscal, mettre à niveau une qualité de crédit, étendre ou raccourcir une maturité, etc. Les échanges d'obligations sont parfois appelés changements d'obligations.
Échéance
L'effet que chaque variation de 1% des taux d'intérêts a sur la valeur sur le marché de l'obligation. L'échéance prend en compte les versements des intérêts de l'obligation en mesurant la volatilité du prix de l'obligation et est exprimée en années. Par exemple, une échéance de 5 ans signifie que la valeur d'obligation baissera de 5% si les taux d'intérêts augmentent de 1% et que la valeur augmentera 5% si les taux d'intérêts baissent de 1%.
Échéance(2)
L'échéance d'une obligation fait référence à la date future particulière à laquelle le principal de l'investisseur sera remboursé. Les échéances des obligations vont généralement d'un jour à 30 ans. Il y a un marché en Euros pour les obligations avec une échéance allant jusqu'à 50 ans. Dans certains cas, les obligations ont été émises pour des termes allant jusqu'à 100 ans. Les couloirs d'échéances sont souvent classées de la façon suivante :
Effet de levier
L'emploi de l'argent emprunté pour augmenter la capacité d'investissement.
Émetteur
Une entité qui émet et est obligée de payer le principal et des intérêts pour un titre de créance.
Emprunt à fenêtre
Obligation qui offre au détenteur l'option de vendre l'obligation de nouveau à l'émetteur suivant des conditions préétablies.
Escompte
Le montant par lequel le prix d'achat d'un titre est inférieur au montant principal ou à la valeur nominale.
EURIBOR (taux interbancaire offert en Euro)
EURIBOR représentent les taux d'intérêts libellés en Euro chargés par les banques au sein de l'Eurozone pour les crédits libellés en Euro avec leurs pairs. Comme les banques impliquées dans la fixation du taux EURIBOR sont parmi les participants les plus importants et les plus solvables du marché monétaire de l'UE, ces taux sont devenus la référence clé pour les taux d'intérêts à court terme au sein de l'Eurozone. Ils influencent les prêts aux consommateurs et les crédits hypothécaires.
Euro
Le nom de la devise commune de l'Union monétaire européenne qui a remplacé les devises nationales des pays participants en 2002. Notée comme EURO ou €.
Euro-obligation (Eurobond)
Les euro-obligations sont les obligations libellées dans une devise différente de celle du pays d'où elles proviennent. Elles sont généralement émises dans plus d'un pays d'émission et échangées entre tous les centres financiers internationaux. Les organisations et les entreprises supranationales sont les émettrices principales du marché Eurobond.
Euro-Zone
Les pays de l'Union Européenne qui utilisent l'Euro comme monnaie unique et dans lesquels une politique monétaire unique est conduite sous la responsabilité de la Banque Centrale Européenne. En partageant une devise commune, les États-membres de l'Union Monétaire et Economique Européenne (UME) sont régis par la même politique monétaire mais cette uniformité ne s'étend pas au niveau national à l'alignement de tous les aspects fiscaux, réglementaires et économiques, y compris pour les questions concernant l'imposition.
Excess spread (génération de marge)
Le montant net des versements des intérêts d'actifs sous-jacents auprès des obligataires et les dépenses sont payées, ensuite toutes les pertes sont couvertes. L'excess spread peut être payé dans un compte de réserve et utilisé comme réhausseur partiel de crédit ou il peut être libéré au vendeur ou au donneur d'ordre des actifs.
Fiduciaire
Une banque désignée par l'émetteur comme le dépositaire des fonds et le représentant officiel des porteurs de titres.
Finance comportementale
La finance comportementale est l'étude des raisons pour lesquelles les investisseurs agissent d'une certaine façon et comment un tel comportement affecte le marché. Les théoriciens de la finance comportementale utilisent l'économie et la psychologie pour suggérer que le comportement de l'investisseur qui affecte les prix du marché peut ne pas être basé sur des facteurs « rationnels » tels que l'analyse de la solidité ou des résultats d'une entreprise.
Fonds commun de placement (FCP)
Ëgalement connu comme une société d'investissement à capital variable (SICAV) pour la différencier d'une société d'investissement à capital fixe. les FPCs investissent des liquidités en pool de plusieurs investisseurs pour remplir l'objectif d'investissement déclaré du fonds. Les FPCs sont prêts à vendre et à racheter leurs parts à tout moment à la valeur d'inventaire nette actuelle du fonds : la totalité des actifs du fonds divisée par les actions en circulation Parfois les fonds obligataires sont appelés FCP obligataire, mais le terme fonds commun de placement lié à un fonds obligataire n'est pas utilisé couramment en Europe.
Fonds communs de placement obligataire (Sociétés d'investissement à capital variable -- SICAVs -- OEIC ou ICVC en anglais)
Les investisseurs en fonds communs de placement, qui sont réalisés par des sociétés de gestion des investissements, reçoivent des parts dans un fond, dont le prix est calculé quotidiennement (valeur du portefeuille du fond divisé par le nombre de parts) Il y a différentes catégories de formes juridiques pour ces fonds en Europe.
Fonds d'amortissement
Argent mis de côté régulièrement par un émetteur d'obligations dans le but spécifique de racheter la dette.
Fonds indiciel à capital variable
Un fonds indiciel à capital variable émet et rachète continuellement des actions suivant la demande de l'investisseur. Comme un fonds indiciel, son objectif d'investissement est de reproduire les résultats de l'indice qu'il utilise comme référence.
Fonds renouvelable
Une structure de titrisation fréquemment utilisée pour les actifs avec des taux de renouvellement élevés, tels que les cartes de crédit, les produits à recevoir du commerce et de l'immobilier. Il se caractérise par le fait d'avoir une période de renouvellement et une période d'accumulation (ou d'amortisation contrôlée).
Futurs
Des futurs financiers sont un contrat qui conclut d'acheter ou de vendre un montant particulier d'un instrument financier sous-jacent à un prix et une date particulière à l'avenir. Le prix est convenu au moment du contrat. Il y a généralement trois principaux types de futurs financiers : les futurs taux d'intérêt ; les futurs indices boursiers ou les futures devises. Comme les futurs sont compliqués et risqués, avec des pertes potentielles non limitées à votre investissement de départ, les produits futurs ne conviennent pas à de nombreux investisseurs particuliers.
Gage
Garantie fournie par un émetteur d'obligation (débiteur) à un investisseur (prêteur) pour garantir le remboursement du prêt.
Garantie
Actifs avec une valeur monétaire qui sont utilisés pour garantir un prêt. Si un emprunteur ne règle pas ses échéances ou ne peut pas rembourser un prêt, la garantie ou certaines de ses parties peuvent devenir la propriété du prêteur. Les emprunts garantis sont des prêts qui sont garantis par des gages.
Garantie de paiement
Une obligation qui garantit les résultats d'une autre. Sur le marché ABS, une garantie de paiement est une police d'assurance généralement fournie par compagnie d'assurance monoline réglementée et cotée pour protéger les porteurs de titres contre les défauts de paiement.
General obligation bond
Une obligation municipale américaine garantie par le gage en toute bonne foi, le crédit et le pouvoir d'imposition de l'émetteur.
Gilts ou obligations d'État britanniques
Les obligations d'État émises au Royaume-Uni sont aussi appelées gilt-edge securities (placements de tout repos) ou gilts et parfois Treasury Stock (titre du Trésor). Les gilts sont émises par le Bureau de gestion de la dette britannique au nom du Trésor de sa Majesté la Reine et sont répertoriées à la bourse londonienne. La plupart des gilts sont vendues à des taux d'intérêts fixes pour la durée de vie de l'obligation, versées semi-annuellement, avec un remboursement complet de la valeur nominale à l'échéance (parfois appelé «bullets» (remboursement in fine)). Les titres d'État britanniques sont considérés comme étant parmi les obligations de la meilleure qualité de part le monde car le R.U. n'a jamais fait défaut à une émission (bien que les résultats précédents ne soient pas une garantie qu'il n'y aura jamais de non-paiement dans le futur).
Illiquide
Un marché est illiquide quand il n'y a pas suffisamment de marges brutes pour satisfaire les obligations et les dettes financières. Dans le contexte des obligations ou d'autres investissements, illiquide fait référence à une obligation ou à d'autres investissements qui ne peuvent pas être convertis rapidement en liquidités ou proches des prix du marché en vigueur. Les placements ou les actifs liquides sont définis comme ceux qui peuvent être convertis en liquidités rapidement et sans grand impact sur le prix des actifs.
Indicateur économique
Les mesures statistiques des conditions actuelles d'une économie. Les indicateurs économiques « avancés » tels que ceux qui suivent la confiance des consommateurs, les commandes des usines ou l'offre de monnaie peuvent indiquer une faiblesse ou une solidité économique. Les indicateurs économiques « en retard » tels que les chiffres du chômage ou des dépenses commerciales baissent ou montent en même temps que l'économie se renforce ou s'affaiblit. Les indicateurs économiques tous ensemble fournissent une photographie de la santé générale d'une économie ou d'une zone économique et de la façon dont les prix des obligations pourraient en être affectés.
Indice
Une manière de reporter les variations du marché financier, des marchés collectifs, ou d'une économie, généralement exprimé en pourcentages et en points de variation (à la hausse(+) ou à la baisse (-)). Il y a de nombreux indices économiques et de marché, chacun d'eux suivant et mesurant un ensemble différent de données ; ils suivent aussi les variations à partir d'une date de départ donnée. Les investisseurs et les professionnels de la finance peuvent utiliser un indice particulier comme référence de résultats pour mesurer le retour sur investissements qui sont similaires à ceux mesurés par l'indice. Les indices peuvent être « pondérés » ce qui signifie que certains facteurs parmi les données sont donnés avec un coefficient ou une importance plus grande dans l'indice.
Inflation
Le taux d'augmentation du prix des biens et des services généralement mesuré sur une base annuelle.
Intérêt
Compensation versée ou à verser pour l'utilisation d'argent, généralement exprimée en pourcentages. Le taux peut être constant pendant la durée de l'obligation (taux fixe) ou peut varier de temps en temps par référence à un indice (taux flottant).
Intérêt composé
L'intérêt est composé lorsque les intérêts gagnés d'un investissement sont ajoutés à un investissement existant pour créer une base d'investissement plus grande avec laquelle gagner de futurs intérêts. Sans capitalisation, les intérêts simples sont gagnés et les investissements ne croissent pas aussi rapidement.
Intérêts courus
Intérêts estimés à gagner pour un titre mais pas encore payés à l'investisseur. Le montant est calculé en multipliant le taux nominal par le nombre de jours qui se sont écoulés depuis le paiement des intérêts précedent.
Investisseurs institutionnels
De grandes entités organisationnelles telles que des compagnies d'assurance, des fonds de pension, des sociétés d'investissement et des fonds communs, avec d´importants montants d'argent à investir. Les investisseurs institutionnels représentent une grande majorité des volumes totaux des marchés obligataires.
Investisseurs retail (au détail)
Investisseurs particuliers qui investissent des sommes d'argent plus petites dans les marchés que les investisseurs institutionnels.
ISIN, CUSIP
ISIN et CUSIP sont des systèmes qui fournissent une identification unique des titres, y compris les obligations, les billets de trésorerie et les actions. Tous les émetteurs n'utilisent pas le système de numérotation ISIN.
Laddering
Stratégie d'investissement pour réduire l'impact du risque de taux d'intérêt en structurant un portefeuille avec différentes émissions d'obligation qui arrivent à échéance à des dates différentes.
Les obligations d'entreprise
L'obligation d'entreprise (titrisation, produits structurés et obligations sécurisées) a été l'un des placements qui s'est développé le plus rapidement lors de la dernière décennie, basé sur l'idée que le crédit peut être avancé en indemnités, titres ou garanties, en cas de non-paiement, un emprunteur peut l'utiliser pour rembourser le crédit. L'obligation d'entreprise est toutefois une sorte de billet à ordre garanti par des titres, des gages ou toutes autres indemnités dans l'éventualité d'un non-paiement que pourrait rencontrer l'emprunteur. Le titre ou la garantie peut provenir d'une ou de plusieurs sources telles que des hypothèques, des prêts, des obligations/emprunts obligataires ou des titres garantis par des actifs. La vitesse à laquelle ce concept s'est répandu en Europe à l'aube du XXIème siècle a créé un marché européen considérable avec des produits obligataires complexes. C'est un marché en majorité obligataire, car les produits sont très complexes à comprendre pour un investisseur particulier non-professionnel à cause de leur structure, leur taille et leur difficulté.
Les obligations d'État italiennes ou BTPs
Les obligations d'État italiennes sont émises par le Dipartimento del Tesoro. Le Ministère de l'Economie et des Finances émet différents types d'obligations d'État qui sont détenues à la fois par des investisseurs particuliers et institutionnels : Les obligations à court terme BOT (Buoni Ordinari del Tesoro) avec des maturités allant jusq'à 365 jours, les CTZs (Certificati del Tesoro Zero Coupon) qui comme les BOTs sont des obligations à coupon zéro avec des maturités de 24 mois, les obligations du Trésor italien, les BTPs (Buoni del Tesoro Poliennali) avec des maturités de trois, cinq, dix, quinze et trente ans ; et les certificats du Trésor (Certificati di Credito del Tesoro), des titres à taux flottant qui ont une maturité de 7 ans.
Liquidité et négociabilité
Une mesure de la facilité et de la vitesse relative à laquelle un titre peut être acheté ou vendu sur le marché secondaire à un prix qui est lié de façon raisonnable à sa valeur réelle sur le marché. Par exemple, les investissements ou actifs liquides sont définis comme ceux qui peuvent être convertis rapidement en liquide et sans grand impact sur le prix de l'actif, de sorte qu'il est possible de trouver des acheteurs pour une obligation si un investisseur désire vendre.
Marché des pensions (rachat)
Arrangements grâce auxquels des professionnels du marché s'accordent à racheter des types variés de titres à un prix et à une date établis avant la vente. En effet, une convention de rachat est un prêt garanti dans lequel les titres servent de garantie. Le marché des pensions est utilisé par les institutions financières pour financer l'achat de titres, prêter des fonds excédentaires et lever des capitaux à court terme.
Marché primaire
Le marché des nouvelles émissions lorsque les obligations sont d'abord vendues aux investisseurs par un émetteur.
Marché secondaire
Marché des émissions précedemment offertes ou vendues.
Marchés des capitaux
Les marchés des capitaux sont des marchés électroniques et physiques dans lesquels les obligations et autres instruments financiers telles que les actions et les marchandises sont vendues aux investisseurs. Les institutions telles que les gouvernements et les entreprises utilisent les marchés des capitaux pour collecter des fonds grâce aux offres publiques d'obligations et d'actions ou aux placements privés de titres des investisseurs institutionnels tels que les fonds de pension et les compagnies d'assurance.
Marge de swap sur actif
La marge de swap sur actif (appelée également marge brute) est le prix agrégé que les détenteurs d'obligations recevraient en échangeant des obligations à taux fixe pour des obligations à taux flottant en utilisant les marchés swap, principalement utilisés pour réduire les risques liés aux taux d'intérêt. La marge de swap sur actif est une métrique largement utilisée pour déterminer la valeur relative d'une obligation par rapport à d'autres dans la même devise. Les swaps sur actif peuvent permettre de comprendre quelles obligations optimisent la marge ou le prix par rapport à un taux d'intérêt de référence, presque toujours le LIBOR, le London InterBank Offered Rate.
MiFID
Directive de toute l'Union Européenne sur les conditions et les échanges de produits et services financiers qui comprend les règles pour protéger les clients des organisations de services financiers, la MiFID, est entrée en vigueur le 1er novembre 2007. En général, l'essentiel est que lorsqu'un investisseur prend la décision de réaliser un investissement, les réglementations requièrent que les investisseurs soient informés de façon adéquate par les sociétés d'investissement et les professionnels en investissement sur la nature du produit et du service qui leur sont proposés en tant qu'investissement et sur les risques de ce dernier. Si vous êtes un client au détail - et les investisseurs particuliers sont susceptibles de l'être - on vous donnera le plus d'informations possible.
Monolines ou réhausseurs de crédit
Les réhausseurs de crédit garantissent le remboursement dans les délais du principal de l'obligation et des intérêts lorsqu'un émetteur ne règle pas ses échéances. Ils sont appelés réhausseurs de crédit (monoline en anglais) car ils assurent seulement une catégorie de risque et fournissent des garanties financières ou une assurance de protection aux acheteurs d'une grande variété d'instruments financiers et du marché des capitaux, y compris dans le secteur public et pour les projets d'infrastructures.
Montant nominal ou valeur nominale
Valeur nominale (valeur du principal ou à l'échéance) d'un titre qui apparaît sur le recto d'un instrument et qui représente le montant que l'émetteur a prêté. Dans le marché secondaire où la plupart des investisseurs particuliers participent, les obligations peuvent s'échanger avec un escompte, qui est inférieur à la valeur nominale, ou avec une prime, qui est supérieure à la valeur nominale.
Mortgage pass-through
Un titre qui représente un intérêt direct dans un pool de crédits hypothécaires. L'émetteur ou l'organe de gestion du pass-through (transfert en français) collecte les paiements des emprunts dans le pool et « transfère » (pass through en anglais) le principal et les intérêts aux détenteurs des titres au prorata.
Notation et agences de notation
Des agences de notations indépendantes, telles que Standard & Poor’s (S&P), Moody’s, Fitch Rating Service fournissent des notations qui évaluent comment les émissions obligataires particulières sont susceptibles de manquer aux paiements de leurs intérêts ou de leurs prêts. Les systèmes de notation diffèrent suivant les agences, mais la notation AAA (Aaa pour Moody) est considérée comme la notation la plus élevée et D comme la plus faible. Les obligations cotées BBB (ou Baa) et supérieures sont considérées comme des obligations ayant valeur d'investissement. Les obligations cotées C et inférieures sont considérées comme des obligations spéculatives.
Notations ou cotes de crédit
Désignations utilisées par les agences de cote de crédit pour donner des indications relatives à la qualité du crédit des émetteurs d'obligations en évaluant au préalable un émetteur suivant un ensemble particulier de critères objectifs tels que la santé financière de l'entreprise et la capacité de rembourser les titres de créances. Chaque service principal de cotation en Europe et aux USA, tels que Standard & Poor’s, Moody’s et Fitch Ratings utilise des critères quelque peu différents pour évaluer les émetteurs mais l'évaluation est résumée dans une cotation avec un spectre allant du niveau d'investissements de la meilleure qualité au niveau spéculatif ou des cotations AAA (Aaa) à D. Les obligations cotées dans la catégorie BBB ou supérieure sont considérées comme ayant valeur d'investissement ; les titres avec des cotations dans la catégorie BB et inférieure sont considérées à « rendement élevé » ou en-dessous du niveau ayant valeur d'investissement. Les cotations affectent généralement le taux d'intérêt qu'un émetteur doit verser pour attirer les investisseurs—les émetteurs moins bien cotés versent des taux plus élevés.
OATs ou obligations d'État Françaises
Les obligations d'État Françaises sont aussi connues comme les OATs (Obligations Assimilables du Trésor) qui sont des obligations à plus long terme. Il y a aussi les BTF (Bons du Trésor à taux fixe et à intérêt précompté), obligations à court terme et les BTANs (Bons du Trésor à taux fixe et à intérêt annuel), obligations à moyen terme avec une échéance de deux à cinq ans. L'Agence France Trésor (AFT) est le département du Ministère de l'Économie et des Finances Français, responsable de la gestion de la dette publique et du Trésor.
Obligation
Une obligation est un titre de créance, un prêt similaire à une I.O.U. Quand vous achetez une obligation, vous prêtez de l'argent à un gouvernement, une entreprise ou une autre organisation connue comme « l'émettrice ». En remboursement du prêt, l'émetteur promet de vous payer un taux d'intérêts spécifié pendant la durée de l'obligation et de rembourser la valeur nominale de l'obligation (le principal) quand elle « arrive à maturité » ou arrive à terme. Comme la plupart des obligations paient des intérêts de façon régulière, elles sont parfois décrites comme des investissements à revenus fixes.
Obligation à coupon zéro
Obligations qui n'ont pas de coupon (aucun coupon) ; le remboursement de l'obligation vient du fait qu'elles sont vendues avec un escompte significatif de la valeur de remboursement éventuelle.
Obligation à fonds d'amortissement (Sinker en anglais)
Une obligation avec un fonds d'amortissement.
Obligation à prime
Les obligations à court terme émises au-dessous de la valeur nominale, avec des maturités allant d'une journée à 360 jours. Elles n'ont pas de versements périodique des intérêts, l'investisseur reçoit la valeur nominale du billet à maturité.
Obligation à rembourser sur les recettes
Une obligation municipale américaine (un type d'obligation sous-souveraine) remboursable avec des revenus dérivés des péages, des prélèvements ou des loyers payés par les utilisateurs de l'installation construite avec les produits de l'émission d'obligations.
Obligation à rendement élevé
Il y a deux catégories d'obligations négociables pour les investisseurs--les obligations négociables ayant valeur d'investissement et celles à caractère spéculatif, aussi connues comme étant à taux élevé (high-yield); l'investisseur pourra aussi entendre le terme « junk » (obligation à haut risque ou poubelle). Les obligations spéculatives sont émises par les entreprises et elles se distinguent pour avoir un faible niveau de qualité de crédit comparées aux émissions négociables, ayant valeur d'investissement et bénéficiant d'une notation supérieure. Le caractère spéculatif fait référence au fait qu'à l'origine les banques n'étaient pas autorisées à investir en obligations au-delà des cotations quatre de qualité de valeur d'investissement car les obligations étaient trop spéculatives et risquées. La catégorie spéculative contient six niveaux de cotations.
Obligation au porteur
Une obligation qui n'est pas enregistrée et n'a pas de propriétaire identifié. Elle est présumée appartenir à la personne qui la détient. Les titres au porteur sont négociables librement, car la propriété peut rapidement être transférée d'un vendeur à un acheteur par délivrance du titre. Les obligations au porteur permettent aux investisseurs de rester anonymes. Les euro-obligations sont un exemple d'obligations au porteur.
Obligation cautionnée
Une obligation cautionnée est une obligation non garantie, pour laquelle le détenteur a revendiqué un créancier général pour tous les actifs d'un émetteur pas spécifiquement promis à garantir une autre dette.
Obligation convertible
Une obligation qui offre à l'investisseur la possibilité d'échanger l'obligation par un nombre préétabli d'actions de l'émetteur à un prix et dans des délais préétablis.
Obligation d'entreprise (CDO en anglais)
Une obligation d'entreprise (CDO) est un type de titrisation, par lequel un panier diversifié de prêts ou de titres est conditionné en de nombreuses séries garanties par les marges brutes d'un panier d'actifs. Les CDOs peuvent payer un coupon flottant ou fixe, semi annuel, trimestriel ou mensuel, avec la plupart des dettes privilégiées cotées de AAA à A et les dettes subordonnées BBB à B et/ou une « première tranche de perte » non cotée. Il existe de nombreux types de CDOs. Certaines sont garanties par un panier diversifié d'une classe unique d'actifs (comme des hypothèques, des prêts de petites et moyennes entreprises, de grandes entreprises) ou une combinaison de classes d'actifs. À cause de leur complexité, certaines CDOs peuvent avoir des cotations et des valeurs sur le marché relativement volatiles. Par exemple, les CDOs garanties par d'autres titrisations en particulier les prêts à haut risque, ont été très volatiles et beaucoup d'entre elles ont été déclassées. Les autres CDOs, telles que celles garanties par des prêts d'entreprise, ont été relativement stable et continuent d'offrir des rendements élevés avec une stabilité raisonnable.
Obligation d'État
Une obligation émise par un gouvernement souverain ou une administration centrale. Parmi les différents types d'obligations d'État Européennes, on trouve : les Gilts (R-U), les OATs (France), les Bunds (Allemagne), les BTPs (Italie). Les US Treasuries sont les obligations émises par le gouvernement américain.
Obligation de société
Obligation émise par une entreprise pour recueillir des fonds pour des besoins commerciaux.
Obligation échangeable
Une obligation avec la possibilité de l'échanger contre des parts dans une entreprise différente de l'émettrice.
Obligation multimarchés
Les obligations multimarchés sont des obligations émises simultanément dans les devises de plusieurs pays.
Obligation non rachetable par anticipation
Une obligation qui ne peut pas être appelée pour rachat par l'émetteur avant la date d'échéance spécifiée.
Obligation ou bon à taux flottant (FRN)
Une obligation dont le taux d'intérêt est ajusté périodiquement suivant une formule prédéterminée, habituellement liée à un indice ou à un taux de référence tel que le LIBOR ou l'EURIBOR. Parfois appelée bon à taux flottant (FRN).
Obligation poubelle (ou junk bond)
Dans certains cas, le terme « junk bonds » est utilisé pour faire référence à toutes les obligations à rendement élevé—c.a.d., celles qui sont cotées en-dessous de la qualité de valeur d'investissement ou qui ne sont pas cotées. Dans d'autres cas, le terme fait référence au niveau le plus bas de qualité de crédit des obligations à rendement élevé. De nombreuses obligations à rendement élevé d'aujourd'hui, en particulier celles cotées Ba par Moody's ou BB par les autres agences de notation ne sont pas considérées comme « junk » (poubelles).
Obligation sous-souveraine
Le marché des obligations sous-souveraines est défini d'abord à tous les niveaux du gouvernement au-dessous du gouvernement central ou national, qui comprend les régions, les provinces, les états, les municipalités, etc. qui émettent des obligations. En Europe, le marché des obligations sous-souveraines est un marché principalement dominé par les agences et les institutions supranationales telles que la Banque mondiale, la Kreditanstalt für Wiederaufbau (KfW) et la Banque européenne d'investissement (BEI). Comme les pays européens deviennent de plus en plus un marché unique, la croissance du marché des obligations sous-souveraines a, elle aussi, été significative.
Obligations à double devise
Les obligations à double devisesont des obligations pour lesquelles les versements principaux se font dans une devise et le paiement du coupon dans une autre. Ce type d'obligation est utilisé pour les obligations étrangères, quand un émetteur émet des obligations dans un pays étranger et réalise des paiements de coupon dans la devise de ce pays, mais que les versements principaux sont effectués dans la devise de pays de résidence de l'émetteur.
Obligations à taux fixe
Parfois connue comme une obligation simple (plain vanilla) ou conventionnelle, c'est une obligation qui verse des intérêts fixes régulièrement sur une durée établie avec le remboursement du principal à la date d'échéance.
Obligations d'État américaines—Treasuries
Les titres du Trésor américain—tels que les bons, les billets et les obligations—sont des titres de créances du gouvernement américain. Comme ces titres de créances sont garantis par la « bonne foi et le crédit » du gouvernement américain, et par conséquent par sa capacité à lever des revenus fiscaux et à imprimer des devises, les titres du Trésor américain sont considérés comme les investissements les plus sûrs. Ils sont présentés sur le marché comme n'ayant pas de « risque de crédit », ce qui signifie qu'il est quasiment certain que vos intérêts et le principal seront payés dans les délais prévus. (Les acheteurs étrangers d'obligations d'État américaines, cependant, encourent le risque de variations du taux de change de la devise.)
Obligations d'État britanniques ou gilts
Les obligations d'État émises au Royaume-Uni sont aussi appelées gilt-edge securities (placements de tout repos) ou gilts et parfois Treasury Stock (titre du Trésor). Les gilts sont émises par le Bureau de gestion de la dette britannique au nom du Trésor de sa Majesté la Reine et sont répertoriées à la bourse londonienne. La plupart des gilts sont vendues à des taux d'intérêts fixes pour la durée de vie de l'obligation, versées semi-annuellement, avec un remboursement complet de la valeur nominale à l'échéance (parfois appelé «bullets»). Les titres d'État britanniques sont considérés comme étant parmi les obligations de la meilleure qualité de part le monde car le RU n'a jamais fait défaut à une émission (bien que les résultats passés ne sont pas une garantie qu'il n'y aura jamais de non-paiement dans le futur).
Obligations d'État espagnoles - Bonos y Obligaciones del Estado
Les obligations d'État espagnoles sont des obligations du gouvernement espagnol émises par le Trésor Public espagnol. Letras del Tesoro sont sont des bons du Trésor à court terme avec des échéances allant de 6, 12 et 18mois ; Bonos y Obligaciones del Estado sont des bons du Trésor avec exactement les mêmes caractéristiques mais avec des échéances différentes. Le Trésor émet actuellement des obligations d'État avec des échéances de 3 et 5 ans ; et les obligaciones avec des échéances de dix, quinze et trente ans.
Obligations d'État françaises
Les obligations d'État françaises sont aussi connues comme les OATs (Obligations Assimilables du Trésor) qui sont des obligations à plus long terme. Il y a aussi les BTF (Bons du Trésor à taux fixe et à intérêt précompté), obligations à court terme et les BTANs (Bons du Trésor à taux fixe et à intérêt annuel), obligations à moyen terme avec une échéance de deux à cinq ans. L'Agence France Trésor (ATF) est le département du Ministère de l'Économie et des Finances Français, responsable de la gestion de la dette publique et du Trésor.
Obligations de marchés émergent
Les obligations des marchés émergents comprennent habituellement des obligations d'État (ou « souveraines »), sous-souveraines et négociables. Les obligations domestiques des marchés émergents - celles émises au sein d'un pays dont le marché est émergent - composent environ les 3/4 du total de la dette dans les marchés obligataires des marchés émergents mais comme il peut s'avérer difficile pour de nombreuses raisons de réaliser des transactions en obligations domestiques des marchés émergents. Les obligations de ces marchés détenues par des investisseurs étrangers sont généralement des obligations étrangères ou externes aux marchés émergents. La majorité des obligations externes des marchés émergents sont des obligations d'État.
Obligations étrangères
Les obligations étrangères sont libellées dans la devise du pays dans lequel un émetteur étranger ou non résident émet réellement l'obligation. Ces obligations s'échangent de façon similaire aux autres obligations du marché domestique dans lequel elles sont émises. Par exemple, les obligations Bulldog sont des obligations libellées en livres sterling émises au R.U. par un émetteur qui n'est pas britannique. Les obligations Yankee sont des obligations libellées en dollars émises aux E.U. par un émetteur qui n'est pas américain. Les obligations Rembrandt sont émises aux Pays-Bas, les obligations Matador en Espagne, etc. Le pays le plus important en terme d'émission d'obligations étrangères est le marché du dollar américain.
Obligations garanties par une hypothèque (CMOs en anglais)
Les obligations garanties par une hypothèque sont des investissements de revenus fixes garantis par des hypothèques ou des paniers d'hypothèques. Un titre conventionnel garantie par une hypothèque a un taux d'intérêt et une date de maturité. Les CMOs garanties par un panier d'hypothèques se divisent en quatre tranches, et chacune d'elles a un taux d'intérêt et une condition différents. Comme avec tous les titres garantis par une hypothèque, les CMOs sont sujettes à un risque des taux d'intérêt car une variation des taux d'intérêt peut affecter la valeur marchande et le taux de remboursement.
Obligations indexées
Obligations dont la valeur nominale et les versements des intérêts sont liés à un indice. Les plus connues sont les obligations indexées sur l'inflation, pour lesquelles la valeur nominale et le paiement des intérêts sont liés à l'indice sur le prix de vente au détail au consommateur et par conséquent, l'investisseur reçoit un revenu qui est protégé contre l'inflation. De nombreux gouvernements émettent désormais des obligations indexées ou indexées sur l'inflation. La façon dont les obligations indexées fonctionnent varie d'un pays à l'autre.
Obligations liées à une devise étrangère
Les obligations liées à une devise étrangèresont des obligations liées aux variations d'une devise étrangère. Contrairement aux obligations libellées dans une devise étrangère pour lesquelles les versements sont faits dans cette devise, pour les obligations liées à une devise étrangère, le montant est lié au taux de change d'une devise étrangère. Ce type d'obligation est utilisée dans les pays avec des devises instables ou faibles.
Obligations ou titres garantis par des actifs (ABS en anglais)
Les titres garantis par des actifs, appelés ABS, sont des obligations ou des bons garantis par des actifs financiers autres que les hypothèques commerciales ou résidentielles. Généralement, ces actifs se composent de créances autres que les prêts hypothécaires, tels que des créances de cartes de crédit, des prêts automobiles et des prêts à la consommation. Les ABS constituent un segment relativement nouveau mais croissant du marché obligataire européen.
Obligations rachetables
Les obligations avec une clause de rachat ou de retrait ont généralement un remboursement annuel supérieur pour compenser le risque qu'elles soient rachetées de façon anticipée. Il y a deux sous-catégories pour ces types d'obligations : Les obligations rachetables européennes et américaines. Les émetteurs peuvent uniquement racheter des obligations rachetables européennes à des dates spécifiées préalablement tandis qu'ils peuvent racheter des obligations rachetables américaines à tout moment après la période de protection contre un rachat anticipé. La période de protection contre un rachat anticipé est l'une des conditions établies avant l'utilisation d'une obligation, c.a.d. la date jusqu'à laquelle elle est protégée et après laquelle elle peut être rachetée.
Obligations sécurisées
Les obligations sécurisées sont des obligations émises par les banques qui sont entièrement garanties par des prêts hypothécaires résidentiels ou commerciaux ou par des prêts aux institutions du secteur public. Les obligations sécurisées ont habituellement les cotations les plus élevées de crédit, qui sont pour la plupart mais pas toutes côtées « AAA ». Les bons offrent une protection supplémentaire aux titulaires d'obligations par rapport aux obligations garanties par des actifs car en plus de regarder la réserve de nantissements comme une source finale de remboursement, la banque émettrice est également assujettie au remboursement, bien que dans certains cas, la cotation des obligations sécurisées se base plus sur les gages que sur la cotation de la banque. Si la banque émettrice est déclassée, alors l'obligation sécurisée peut l'être également mais cela dépend de la situation particulière.
Offre
Le prix auquel un vendeur vendra un titre.
Offre (et demande)
L'offre est le prix auquel un acheteur, un courtier ou un opérateur de marché offre de payer une obligation, et la demande est le prix auquel le courtier ou l'opérateur de marché offre de la vendre. La différence entre les deux prix est appelée l'écart. L'offre et la demande est quelquefois connue comme un « tarif ».
Open-ended Investment Company –OEIC-- ou fonds communs de placement obligataire ou SICAVs
Les investisseurs en fonds communs de placement, qui sont réalisés par des sociétés de gestion des investissements, reçoivent des parts dans un fond, dont le prix est calculé quotidiennement (valeur du portefeuille du fond divisé par le nombre de parts) Il y a différentes catégories de formes juridiques pour ces fonds en Europe.
Option d'achat
Une option d'achat est le droit pour un émetteur de retirer une obligation qu'il a vendue avant la date de maturité en payant aux investisseurs un prix fixé, généralement une prime supérieure à la valeur nominale. Une option complète d'achat a lieu quand l'émetteur retire l'émission complète de l'obligation ; un appel partiel a lieu quand une partie de l'émission est retirée. De nombreuses obligations à rendement élevé permettent aux émetteurs d'acheter les obligations après les cinq premières années.
Option intégrée
Une clause d'une obligation qui donne à l'émetteur ou à l'obligataire la possibilité de réaliser certaines actions contre l'autre partie. L'option intégrée la plus commune est l'option de rappel, qui donne à l'émetteur le droit de rappeler ou de retirer le titre avant la date de maturité prévue.
Paiement par anticipation
Le paiement complet ou partiel non programmé du montant principal en cours sur une hypothèque ou d'autres titres avant qu'ils ne soient échus. Les règles liées au paiement par anticipation sont plus restrictives en Europe qu'aux USA.
Pfandbriefe
Obligation émise par les banques hypothécaires allemandes qui est garantie par des actifs à long terme. Ces types d'obligations représentent le plus grand segment du marché obligataire privé allemand et sont considérées parmi les titres de créance les plus sûrs du secteur privé.
Plancher
La limite inférieure du taux d'intérêt pour une obligation à taux flottant.
Point
Si le prix d'une obligation passe de 100 à 101, il a changé d´un point. Le changement d´un point du prix d'une obligation affecte la valeur du libellé de l'obligation de 1% de la valeur nominale. Par exemple, un point vaut 1€ quand une obligation a une valeur nominale de 100 €.
Point de base
Un centième de 1 pour cent (0,01%). 100 points de base valent 1%. Les points de base sont souvent utilisés pour mesurer les différences entre les rendements des obligations. Par exemple, si le rendement d'une obligation varie de 5,55% à 5,55%, il a chuté de 5 points de base.
Portefeuille
Le groupe d'investissements qu'un particulier ou un investisseur institutionnel détient.
Prêts hypothécaires résidentiels (RMBS en anglais)
Les titres hypothécaires représentent un droit de propriété sur les prêts hypothécaires réalisés par les institutions financières (épargnes et prêts, banques commerciales ou sociétés de prêts hypothécaires) pour financer l'achat d'une résidence ou de tout autre bien immobilier de l'emprunteur. Les titres hypothécaires sont créés quand ces prêts sont conditionnés ou « combinés » par les émetteurs ou les organes de gestion pour être vendus aux investisseurs. Comme les prêts hypothécaires implicites sont remboursés par les emprunteurs, les investisseurs reçoivent les versements des intérêts et du principal.
Prime
Le montant par lequel le prix d'une obligation excède le montant principal.
Prime de rachat
Un montant, généralement établi comme un pourcentage du montant principal racheté, payé par l'émetteur en tant que « pénalité » pour l'exercice de la clause de rachat.
Principal
Le montant de la valeur nominale d'une obligation, payable par l'emprunteur au prêteur/investisseur à échéance.
Prix d'offre
Le prix d'une nouvelle émission auquel les membres d'un consortium offriront des titres aux investisseurs.
Prix net
Prix d'une obligation excluant les intérêts courus. Les prix des obligations sont généralement nets.
Produit dérivé
Les produits dérivés sont des instruments financiers variés et complexes avec des valeurs qui changent en réponse aux variations des actifs sous-jacents, des taux d'intérêts, des taux de change des devises ou des indices. Les principaux types des produits dérivés sont futurs, à terme, optionnels et croisés. Les produits dérivés sont parfois connus comme les « synthétiques ».
Produits structurés
De nombreux types différents de produits sont « structurés » dans certains domaines. La « structuration » fait généralement référence à tout type d'obligation qui n'est pas une simple obligation négociable ou d'État gagée ou non gagée. Bien que ces types de transactions sont généralement émises par des structures ad hoc, ce n'est pas toujours le cas. Par exemple, les titrisations sont un type de produit structuré. Un autre type de produit structuré fait référence à un conditionnement ou reconditionnement d'obligations avec différents types d'échanges de taux d'intérêt et/ou dérivés de crédit pour modifier l'intérêt et le flux de paiement principal, afin d'offrir à l'investisseur le profil de risque particulier qu'il souhaite. Dans certains cas, ces produits sont aussi appelés « crédits structurés » si ils impliquent des produits avec certains types de risques de crédits d'entreprise ou liés à des actifs. À cause de la complexité des produits structurés, ils font rarement partie des portefeuilles de l'investisseur particulier final ou des offres de fonds.
Prospectus
Documents fournis aux investisseurs qui envisagent d'investir en instruments financiers tels que des actions, des obligations, des fonds d'obligation, des fonds communs de placement, etc. Le prospectus détaille les objectifs d'investissement, la nature de l'investissement, les résultats antérieurs, et des informations sur la société et les gestionnaires d'investissements.
Put (option de vente)
Contrat autorisant le détenteur d'options à vendre une obligation à une autre partie à un prix établi avant que le contrat expire.
Qualité de valeur d'investissement
Les obligations considérées appropriées pour l'achat par des investisseurs prudents quant à la préservation du capital investi. Les obligations cotées Baa3 et supérieures par Moody's et BBB et supérieures par Standard & Poor’s et Fitch Ratings sont considérées comme ayant valeur d'investissement.
Référence
Une référence utilisée en investissement est un standard par lequel les résultats d'une obligation particulière ou d'un groupe d'obligations peuvent être mesurés. Différents types de référence sont choisis pour différents investissements par les investisseurs particuliers et les professionnels de la finance-la référence peut être un indice, un taux d'intérêts tel que le TIOL (LIBOR en anglais) ou l'EURIBOR, ou le rendement d'une obligation d'État particulière telle qu'une obligation d'État américaine (US Treasury bond). Par exemple, si un investisseur utilise un indice pour suivre un segment particulier du marché obligataire, la valeur de variation de l'indice qui indique des résultats plus solides ou plus faibles est aussi un standard par lequel l'investisseur mesure les résultats d'une obligation particulière, d'un fond d'obligations ou d'un portefeuille d'obligations. Pour les investisseurs qui veulent définir des références de résultats d'investissements, il y a deux principaux types de référence-les références absolues ou à taux fixe et les références relatives. Les références absolues ou à taux fixe peuvent être des objectifs qu'un particulier se fixe--revenu d'un portefeuille ou certains revenus relatifs à l'inflation par exemple ; les références relatives sont des indices ou des mesures standards du marché qui aident un investisseur à comparer son portefeuille d'investissements avec la référence d'investissement de l'indice du marché afin d'évaluer le succès de sa propre stratégie avec ses objectifs d'investissements.
Remboursement in fine
Une obligation qui rembourse le principal dans son intégralité en un paiement unique de remboursement.
Rendement
Le pourcentage annuel de revenus gagnés sur un titre. Le rendement est fonction du prix d'achat d'une obligation et du taux d'intérêt du coupon.
Rendement annuel moyen
Le rendement annuel moyen est le revenu annuel moyen d'un investissement, tel qu'une obligation, exprimé en termes de pourcentages. Pour calculer le rendement annuel moyen, ajoutez tous les revenus d'un investissement et divisez ce montant total par le nombre d'années pendant lesquelles l'argent a été investi. Par exemple, si vous recevez chaque année 10€ d'intérêts pour une obligation de 1000€ pendant 10 ans, le rendement annuel moyen est de 1% (10 € ÷ 1000 € = 0,01 ou 1%).
Rendement courant
Le rapport des versements des intérêts annuels d'une obligation sur le prix actuel du marché de celle-ci, exprimé en pourcentage. Par exemple, une obligation avec un prix de marché actuel de 1000 € qui verse 80 € par an en intérêts aura un rendement courant de 8%.
Rendement du rachat
Un rendement sur un titre calculé en supposant que les versements des intérêts seront payés jusqu'à la date d'appel, quand le titre sera remboursé au prix de rachat.
Rendement global
Une mesure du rendement d'un investissement obligataire qui comprend à la fois la variation des intérêts et du prix. Exprimé en pourcentage du coût de l'investissement à un taux annualisé, c'est la combinaison des revenus annuels produits par un investissement, plus ou moins la perte ou le gain de capital et il suppose le réinvestissement de tous les intérêts dans l'investissement.
Rendement offert
Le revenu qu'un investisseur recevrait sur une valeur du trésor s'il payait le cours de l'offre.
Risque d'amortissement précoce
La plupart des ABSs renouvables sont sujettes à des amortissements précoces—aussi connus comme des distributions de bénéfices ou des appels. Un variété d'exécutions, telles que les suivantes peuvent causer un amortissement précoce : des versements insuffisants des emprunteurs sous-jacents ; un écart des excès insuffisant ; une hausse du taux par défaut des prêts sous-jacents au-dessus d'un niveau particulier ; une chute des renforcements de crédit disponibles en-dessous d'un niveau particulier ; et une faillite du sponsor ou de l'organe de gestion.
Risque d'appel précoce
Le risque pour les investisseurs en obligations que les obligations à rendement élevé soient rappelées rapidement, avec pour conséquence le fait que les crédits soient réinvestis à des taux d'intérêt plus bas.
Risque d'échéance
L'échéance d'une obligation est une mesure de la sensibilité de son prix aux variations des taux d'intérêts, basée sur le temps moyen jusqu'à la maturité de ses intérêts et de ses marges brutes principales. L'échéance permet à l'investisseur de comparer plus facilement les obligations avec différentes maturités et taux de coupon en créant une règle simple : à chaque variation de pourcentage des taux d'intérêts, la valeur de l'obligation baissera son échéance modifiée, exprimée en pourcentage. L'échéance modifiée est une variation approximative en pourcentage du prix d'une obligation pour chaque variation de 1% du rendement en supposant que les variations de rendement ne modifient pas la marge brute espérée. Par exemple, la valeur d'un investissement avec une échéance modifiée de 5 ans augmentera de 5% pour chaque baisse de 1% des taux d'intérêts et baissera de 5% pour chaque augmentation de 1%.
Risque d'inflation
Le risque pour les investisseurs en obligations que la valeur fixée des participations en obligations s'érode avec une augmentation soutenue de l'inflation.
Risque de contraction
Pour les titres liés à des hypothèques, le risque que les taux d'intérêts baissent, accélérera les vitesses de paiement par anticipation présumées des prêts hypothécaires, remboursant plus tôt que prévu le principal aux investisseurs et les obligeant à réinvestir aux taux inférieurs en vigueur. En risque de contraction, le temps moyen que cela prend pour l'investisseur pour récupérer le principe est ce qui est « contracté ».
Risque de crédit
Le risque pour les investisseurs en obligations que l'émetteur ne paie pas ses obligations (risque de non-paiement) ou que la valeur de l'obligation chute et/ou que le rendement du prix d'une obligation soit comparé défavorablement avec d'autres obligations avec lesquelles elles sont comparées soit à cause d'une perception accrue du risque que l'émetteur ne puisse pas payer (risque d'écart créditeur) ou que la cote de crédit d'une entreprise soit baissée (risque de déclassement).
Risque de déclassement ou risque de crédit
Les déclassements se produisent porque les agences de notations baissent, par exemple, la notation d'une obligation, une modification d'une notation de Standard & Poor de A à CCC. Les déclassements s'accompagnent généralement par des chutes des prix des obligations et peuvent modifier le niveau d'une obligation d'investissement à spéculative. Dans certains cas, le marché anticipe les déclassements en offrant des prix bas avant l'annonce de la notation réelle de l'agence. Avant que les obligations soient déclassées, les agences les placent souvent au statut de « mise sous surveillance » qui a aussi tendance à causer la baisse du prix.
Risque de défaut
Le risque pour les obligataires que l'émetteur ne soit pas en mesure de satisfaire le principal et/ou le versement des intérêts quand ils sont échus.
Risque de devise ou risque de taux de change
Les investisseurs qui investissent dans des obligations d'État qui ne sont pas dans leur devise locale font face à des risques de devise et de taux de change car la valeur de leur investissement peut descendre ou monter en fonction de ce qu'il advient du taux de change de la devise.
Risque de liquidité
Le risque pour les obligataires que les obligations ne puissent être vendues rapidement ou à un bon prix.
Risque de marché ou de taux d'intérêt
Quand les investisseurs sont garantis efficacement de percevoir des intérêts ou le principal comme promis, la valeur implicite de l'obligation peut changer en fonction de la direction des taux d'intérêt. Comme avec tous les titres à revenu fixe, si les taux d'intérêt augmentent de façon générale après qu'une obligation soit émise, la valeur du titre émis baissera, car les obligations qui versent des taux plus élevés arriveront sur le marché. De façon similaire, si les taux d'intérêt baissent, la valeur de l'ancienne obligation qui rétribue le plus augmentera en comparaison avec les nouvelles émissions. Le risque de taux d'intérêt est aussi connu comme le risque de taux d'intérêt.
Risque de paiement par anticipation
Le risque que la chute des taux d'intérêts conduise à des paiements par anticipation d'hypothèques ou d'autres prêts— qui force l'investisseur a réinvestir aux taux inférieurs en vigueur. Les règles liées au paiement par anticipation sont plus restrictives en Europe qu'aux USA.
Risque de prolongation
Le risque que la hausse des taux d'intérêts ralentisse le taux anticipé auquel les hypothèques ou autres prêts dans un pool seront remboursés, provoquant le risque que le principal des investisseurs soit engagé pour une durée plus longue que celle prévue. Par conséquent, ils peuvent perdre l'opportunité d'obtenir un taux d'intérêt plus élevé pour leur argent.
Risque de rachat ou de remboursement
Le rachat crée un incertitude sur le fait que l'obligation reste ou non en circulation jusqu'à sa date de maturité. Les investisseurs risquent de perdre une obligation qui paie un taux d'intérêt supérieur alors que les taux ont baissé et lorsque les émetteurs décident de racheter leurs obligations. Quand une obligation est rachetée, l'investisseur doit généralement réinvestir dans des titres à rendement inférieur. Les rachats ont aussi tendance à limiter l'appréciation du prix d'une obligation qui pouvait être attendu lorsque les taux d'intérêts commencent à tomber.
Risque de réinvestissement
Le risque pour les investisseurs obligataires que le revenu des intérêts ou les remboursements du principal doivent être réinvestis à des taux inférieurs dans un contexte de taux à la baisse. Les obligations à coupon zéro n'ont pas de risque de réinvestissement du versement des intérêts.
Risque de sélection
Le risque qu'un investisseur choisisse un titre qui soit sous-performant par rapport au marché pour des raisons qui ne peuvent pas être anticipées.
Risque de taux d'intérêt ou de marché
Quand les investisseurs sont garantis efficacement de percevoir des intérêts ou le principal comme promis, la valeur implicite de l'obligation peut changer en fonction de la direction des taux d'intérêt. Comme avec tous les titres à revenu fixe, si les taux d'intérêt augmentent de façon générale après qu'une obligation soit émise, la valeur du titre émis baissera, car les obligations qui versent des taux plus élevés arriveront sur le marché. De façon similaire, si les taux d'intérêt baissent, la valeur de l'ancienne obligation qui verse plus augmentera en comparaison avec les nouvelles émissions. Le risque de taux d'intérêt est aussi connu comme le risque de marché.
Risque de timing
Le risque qu'un investissement donne de mauvais résultats après son achat ou de meilleurs résultats après sa vente.
Risque du taux de change ou de la devise
Les investisseurs qui investissent dans une obligation d'État qui n'est pas dans sa devise locale font face à un risque de taux de change ou de la devise car la valeur de leur investissement peut baisser ou bien monter en fonction de ce qu'il adviendra du taux de change.
Risque économique
Le risque économique décrit la vulnérabilité d'une obligation face aux replis du marché. Virtuellement, tous les types d'obligations à rendement élevé sont vulnérables face au risque économique. Lors de récession, les obligations à rendement élevé perdent généralement plus de valeur principale que les obligations ayant valeur d'investissement. Si les investisseurs deviennent inquiets pour détenir des obligations de faible qualité, ils peuvent les échanger pour des titres de meilleure qualité, tels que des obligations d'État et des obligations de société. Cette « fuite vers la qualité » influence particulièrement les émetteurs de titres à rendement élevé.
Risque et tolérance à l'égard du risque
Le risque que la valeur d'un investissement baissera ou augmentera fortement de façon imprévisible ou volatile. Tous les investissements ont un niveau de risque, car les remboursements des investissements ne sont pas garantis. Si un investisseur ne souhaite pas prendre le risque que la valeur d'un investissement chute, on dit de lui qu'il a peu ou pas de tolérance à l'égard du risque. Il y a différents types de risques pour les investissements obligataires. Définir ce qu'est un niveau de risque acceptable peut varier en fonction de l'investisseur et changer au cours du temps.
Risque exceptionnel
Le risque « exceptionnel » lié aux entreprises ou à des entreprises comprends un grand nombre de dangers qui peuvent affecter la capacité pour une entreprise de rembourser ses titres de créance dans les délais prévus. Cela comprend une gestion faible, des changements de gestion, l´impossibilité d´anticiper les changements des marchés de l'entreprise, une hausse des coûts des matières premières, des réglementations et une nouvelle concurrence. Les événements qui affectent de façon négative un secteur industriel entier peuvent avoir un effet de couverture sur les obligations de ses membres. D'autres types d'obligations ont aussi un risque exceptionnel pour les investisseurs obligataires provenant de la possibilité d'événements imprévus tels que des catastrophes naturelles ou causées par l'homme.
Risque législatif
Le risque qu'un changement du code général des impôts affecte la valeur des revenus non imposables ou imposables.
Risque souverain
Le risque que le gouvernement d'un pays d'où sont émises les obligations prennent des mesures qui détériorent la valeur de l'obligation.
Service de cotation
Un service de cotation tel que Standard & Poor’s, Moody’s, Fitch Ratings, etc. évalue les émetteurs d'obligations sur un ensemble de critères objectifs qui détermine le niveau de risque que leurs émissions obligataires présentent aux investisseurs suivant un spectre allant du niveau ayant valeur d'investissement aux investissements spéculatifs (cotations AAA (Aaa) étant la plus élevée à D qui est la plus basse).
SICAV indicielle
Une SICAV indicielle est désignée pour refléter les résultats de l'indice d'une obligation particulière, en suivant le rythme de l'indice, et non en le dépassant.
SICAV obligataire
Une SICAV obligataire vend aux investisseurs des parts d'un fond qui se compose d'un portefeuille d'obligations structuré pour satisfaire un objectif particulier d'investissements, tel qu'assurer des revenus réguliers. Les SICAV obligataires, contrairement aux obligations individuelles, n'ont pas de date maturité et par conséquent ne garantissent pas un taux d'intérêt car le portefeuille n'est pas fixe. De plus, les SICAV obligataires, à la différence des obligations individuelles, ne garantissent pas un remboursement du principal. Les investisseurs peuvent investir en SICAV obligataires parce qu'ils veulent diversifier leurs investissements obligataires avec de plus petits montants d'argents que ceux requis pour acheter un portefeuille entier d'obligations. Il y a différents types de SICAV obligataires qu'un investisseur peut choisir, qui peut investir dans différents types d'obligations (d'État, négociables, sécurisées, etc.) ; elles peuvent avoir différentes stratégies d'investissement (à court terme, long terme, etc.) et offrir différents niveaux de risque (par exemple, des obligations ayant valeur d'investissement à des taux plus élevés, des obligations à taux élevé, etc.).
SICAV –société d’investissement à capital variable--Fonds communs de placement obligataire ou OEICs
Les investisseurs en fonds communs de placement, qui sont réalisés par des sociétés de gestion des investissements reçoivent des parts dans un fond, dont le prix est calculé quotidiennement (valeur du portefeuille du fond divisé par le nombre de parts) Il y a différentes catégories de formes juridiques pour ces fonds en Europe.
Société d'investissement à capital fixe
Une société d'investissement créée avec une quantité fixe d'actions qui sont ensuite échangées en tant que titres cotés dans une bourse de valeurs. Après l'offre initiale, les parts existantes peuvent être achetées uniquement par des actionnaires existants.
Société d'investissement à capital fixe(2)
Fonds d'investissement créé avec un portefeuille fixe d'investissements qui ne change jamais pendant la durée de vie du fonds. Au fur et à mesure que les investissements d'un fonds sont remboursés, ils offrent un flux périodique et constant de revenus aux investisseurs.
Stratégie Barbell
La stratégie Barbell est utilisée comme un moyen de gagner plus d'intérêts sans prendre plus de risque lors d'investissements en obligations. Dans une stratégie barbell, un investisseur investit dans des obligations à court terme, supposons par exemple quelques-unes arrivant à terme dans un ou deux ans et des obligations à long terme comme celles arrivant à terme dans 30 ans. Lorsque les obligations à plus court terme arrivent à échéance, l'investisseur les remplace par d'autres obligations à court terme, gardant par conséquent un équilibre entre les obligations à long et à court terme. Le but est de gagner plus d'intérêts sans prendre plus de risque que celui d'avoir un portefeuille composé uniquement d'obligations à moyen terme.
STRIPS
« Programme de négociation distincte des intérêts et du principal concernant ses titres ». C'est le mécanisme par lequel les obligations à coupon zéro sont créées.
Structure ad hoc (SPV)
Les institutions financières qui sont à l'origine des prêts vendent des pools de prêts à une structure ad hoc (SPV), dont l'unique fonction est d'acheter ces actifs afin de les garantir. En Europe, le SPV est généralement une entreprise, mais aux USA, les fonds sont utilisés en tant que véhicules des émissions. Le SPV reconditionne les prêts en tant que titres porteurs d'intérêts et finalement les émet. La « vraie vente » des prêts par le sponsor au SPV offre une « protection contre la faillite » en isolant le fonds du sponsor. Les titres, qui sont vendus aux investisseurs par les banques d'investissement qui les couvrent, sont « à notation améliorée » avec une ou plusieurs formes de protections supplémentaires—qu'elles soient internes, externes ou les deux à la fois.
Système de gestion dématérialisée
Une méthode d'enregistrement et de transfert électronique de propriétés de titres, qui élimine le besoin de certificats physiques.
Taux d'escompte
Les taux directeurs des banques centrales sont prélevés sur l'argent au jour le jour aux banques membres et aux banques commerciales. La Banque Centrale Européenne se concentre sur trois taux directeurs pour la zone Euro comme étant sa façon de gérer l'inflation et l'économie. le principal taux d'intérêt débiteur à court terme pour les opérations principales de refinancement (MRO en anglais) ; le taux des facilités de dépôt que les banques peuvent utiliser pour réaliser des dépôts à vue ; le taux de facilité de prêt marginal qui offre un crédit à un jour aux banques. Les taux sont étroitement surveillés par les marchés car la fixation de ces derniers est la principale manière pour une banque centrale de contrôler l'inflation. Les banques commerciales utilisent le taux d'escompte comme référence pour les taux d'intérêts qu'elles perçoivent sur les autres instruments et produits financiers, y compris les prêts aux conditions du marché et aux consommateurs.
Taux de rendement actuariel brut
Le remboursement annuel en pourcentages perçu par l'investisseur si l'obligation est détenue jusqu'à l'échéance, un calcul souvent utilisé pour comparer les obligations. Aussi appelé le remboursement réel. Le taux de rendement actuariel brut de l'obligation est une fonction du prix payé pour l'obligation (qui différera pratiquemment toujours de sa valeur nominale), le taux nominal et la durée pour arriver à échéance. Ce sont le coupon, la fréquence de versements du coupon, le prix de l'obligation, la date qui est nécessaire pour calculer un taux de rendement actuariel brut, la date de réglement de l'échange, la date d'échéance de l'obligation et la valeur du remboursement (généralement 100) qui sont nécessaires pour calculer le taux de rendement actuariel brut. Heureusement il est rare que les investisseurs aient besoin de calculer un taux de rendement actuariel brut depuis zéro. Les rendements des obligations sont répertoriés dans les pages financières de sites internet financiers comme Bloomberg.com et FT.com ou peuvent être calculés assez facilement en utilisant la fonction dans un tableur ou dans une calculatrice financière.
Taux de rendement actuariel brut (TRAB)
Un calcul du total remboursé à un investisseur en obligations qui les détient jusqu'à échéance. Le TRAB comprend les versements des intérêts et toute différence entre le prix actuel et la valeur (nominale) à l'échéance. Il n'inclue pas le remboursement du principal à l'échéance. Le TRAB est calculé en fonction du prix du marché actuel.
Taux de rendement courant ou taux de rendement simple ou taux de revenus
Le coupon d'une obligation exprimé en tant que pourcentage du prix de l'obligation. Par exemple, une obligation de 20 ans avec un coupon de 6% qui se vend à 120 a un taux de rendement simple de 5% (6 x 100/120).
Taux des fonds fédéraux
Le taux d'intérêt prélevé par les banques américaines sur les prêts aux autres banques. La capacité de la banque centrale de la Réserve Fédérale Américaine à ajouter ou à retirer des réserves du système bancaire américain lui permet d'avoir un contrôle étroit sur ce taux. Des variations du taux des fonds fédéraux américains sont parfois étudiées par les économistes et les investisseurs pour obtenir des indices sur les intentions de la Réserve Fédérale Américaine.
Taux nominal
Le taux d'intérêt que l'émetteur de l'obligation verse pendant le terme de celle-ci. Par exemple, une obligation qui verse un intérêt annuel de 5% a un coupon de 5%.
Taux plafond
Le taux d'intérêt plafond qui peut être payé pour une obligation à taux flottant.
TIOL (Taux Interbancaire Offert à Londres) ou LIBOR (en anglais)
TIOL (LIBOR en anglais), abréviation pour Taux Interbancaire Offert à Londres, est l'indice des taux d'intérêts que les banques s'offrent les unes aux autres sur les marchés monétaires des devises à Londres pour des maturités allant d'un jour (overnight) à une année. Les taux TIOL représentent une référence générale pour les taux d'intérêts à court terme et sont définis pour la livre sterling (GBP), le dollar américain (USD) et bien d'autres devises mondiales.
Titrisation
La titrisation peut être définie de façon générale comme le processus d'émission de nouveaux titres garantis par un pool d'actifs existants tels que des prêts, des hypothèques commerciales ou résidentielles, dettes de carte de crédit ou autres actifs. Ces titres, auxquels on fait généralement référence comme étant des « titres garantis par des actifs ou des hypothèques» ou « RMBS ou ABS », sont émis et vendus aux investisseurs (en majorité des institutions) et les marges brutes ou les valeurs économiques suivant les actifs sont redirigées vers ces derniers.
Trackers (ou Exchange traded funds-ETFs)
Les trackers à revenus fixes, dont les parts sont échangées sur les principales bourses financières sont un type particulier de fonds conçus pour suivre la performance d'un indice boursier obligataire particulier. Différents trackers offrent aux investisseurs l'opportunité d'obtenir les risques du marché pour des obligations ciblées ou générales. Les trackers sont aussi créés et gérés par des sociétés financières mais pas nécessairement par les mêmes institutions qui créent et gèrent l'indice sur lequel ils se basent. Les noms communs de marques pour des trackers comprennent iShares, SPDRs (abréviation pour Standard& Poor’s Depository Receipts, aussi connus comme « spiders »), Diamonds et Vipers. Les trackers basés sur des indices boursiers sont plus communs, mais certaines de ces marques comprennent aussi des trackers à revenu fixe. Contrairement à la plupart des obligations, les trackers s'échangent généralement sur des bourses organisées, d'où provient leur nom anglais exchange-traded funds.
Tranche
Les classes dans certains types de titres qui ont des taux d'intérêts, des échéances, des niveaux de risque, etc. différents mais partagent des caractéristiques similaires pour chaque classe. Par exemple, les obligations garanties par une hypothèque (CMOs en anglais) sont constituées d'un nombre de classes ou tranches de dette différentes, chaque classe peut différer des autres de part le taux d'intérêt versé, la date d'échéance, le niveau de risque ou d'autres différences distinctes. Quand de tels titres sont vendus, chacune des tranches est vendue séparément. Tranche est un mot français.
Treasuries—Obligations d'État américaines
Les titres du Trésor américain—tels que les bons, les billets et les obligations—sont des titres de créances du gouvernement américain. Comme ces titres de créances sont garantis par la « bonne foi et le crédit » du gouvernement américain, et par conséquent par sa capacité à lever des revenus fiscaux et à imprimer des devises, les titres du Trésor américain sont considérés comme les investissements les plus sûrs. Ils sont présentés sur le marché comme n'ayant pas de « risque de crédit », ce qui signifie qu'il est quasiment certain que vos intérêts et le principal seront payés dans les délais prévus. (Les acheteurs étrangers d'obligations d'État américaines, cependant, encourent le risque de variations du taux de change de la devise.)
Union européenne (UE)
L'Union Européenne, anciennement connue comme la Communauté Européenne (CE) ou la Communauté Economique Européenne (CEE) est une alliance politique et économique des nations européennes réunies ensemble par une réglementation commune dans le but de maintenir la stabilité économique et de renforcer la coopération sociale, économique et politique. Les processus de prise de décision de l'UE impliquent un grand nombre d'institutions dont le Conseil, le Parlement européen et la Commission Européenne. Certains pays de l'Union Européenne comme le Danemark et le Royaume-Uni n'ont pas adopté l'Euro comme devise.
Valeur nominale
La valeur nominale d'une obligation (par opposition au montant qu'un investisseur particulier peut avoir payé pour l'obligation)
Valeur nominale(2)
Le montant principal d'une obligation ou d'un bon à l'échéance.
Volatilité
Une mesure du degré auquel le prix d'un investissement fluctue rapidement. Parfois utilisé pour l'évaluation du risque.

Ces documents ont été préparés à titre informatif uniquement et ne constituent en aucun cas des conseils en matière d'investissements ou une offre pour acheter, vendre ou promouvoir quelques services ou produits que ce soient. Aucune décision relative à des investissements ne devra être prise en fonction de cette documentation. Veuillez lire nos Conditions générales d’utilisation.